Site logo

Le pacte civil de solidarité (Pacs) : un contrat de vie commune accessible à tous

Le pacte civil de solidarité, communément appelé Pacs, est une alternative au mariage ouverte aux couples de tous sexes. Il offre une structure légale pour organiser leur vie commune. Ce contrat, accessible à tous les adultes sans distinction de nationalité ou de sexe, permet aux partenaires de structurer leur vie commune avec des droits et des obligations mutuelles.

Qu’est-ce qu’un pacte civil de solidarité ?

Selon l’article 515-1 du Code civil : « Un pacte civil de solidarité est un contrat conclu par deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour organiser leur vie commune ».

Quelles sont les conditions d’éligibilité ?

Pour conclure un Pacs, les deux parties doivent être majeures, célibataires (non mariées ou pacsées), et ne pas avoir de liens familiaux directs (article 515-2 du Code civil).

Les ressortissants étrangers doivent respecter l’âge de la majorité fixé par leur pays d’origine.

Il est important de souligner qu’aucune dérogation à ces conditions n’est possible, même exceptionnellement.

Quels sont les documents requis pour se pacser ?

Un Pacs peut être enregistré soit en mairie, dans un consulat ou une ambassade (pour les Français vivant à l’étranger), soit chez un notaire.

Les documents requis comprennent une déclaration conjointe de Pacs (cerfa n°15725), une convention de Pacs (personnalisée ou cerfa n°15726), et une pièce d’identité valide pour chaque partenaire. Les officiers d’état civil ont la possibilité de vérifier directement les données d’état civil si nécessaire.

Si l’un des partenaires est étranger, il faut un certificat de non-Pacs et un certificat de coutume (indiquant la législation en vigueur dans le pays d’origine). Si le pays d’origine ne fournit pas de certificat de coutume, il faut contacter un avocat qui établit une attestation des règles applicables dans le pays d’origine.

Comment se fait la rédaction du Pacs ?

La convention de Pacs doit être rédigée en français et signée par les deux partenaires. Elle peut être élaborée soit par les partenaires eux-mêmes soit par un notaire. Elle doit notamment exprimer clairement l’engagement des deux parties à être liées par un Pacs.

Le texte suivant doit obligatoirement être présent dans la convention :

    « Nous, X et Y, concluons un pacte civil de solidarité régi par les dispositions de la loi du 15 novembre 1999 modifiée et les articles 515-1 à 515-7 du code civil ».

Le formulaire cerfa n°15726 propose un modèle de convention type.

Régime patrimonial et engagement

Le régime patrimonial par défaut dans le cadre du Pacs est celui de la séparation des biens, sauf si les partenaires optent pour un autre régime.

En signant un Pacs, les partenaires s’engagent à une vie commune et doivent choisir une résidence commune. Ce choix de résidence commune est déclaré par une attestation sur l’honneur.

Comment s’effectue l’enregistrement du Pacs ?

En mairie, l’enregistrement du Pacs se fait par l’officier d’état civil de la commune de résidence. Lors de l’enregistrement la présence des deux partenaires est obligatoire.

Après l’enregistrement, le Pacs est indiqué en marge de l’acte de naissance de chaque partenaire. Pour les étrangers nés à l’étranger, l’information est inscrite sur un registre spécifique.

Le Pacs prend effet entre les parties à la date de son enregistrement et pour les tiers à partir de la mention en marge de l’acte de naissance ou de l’inscription au registre spécial.

Quel est le rôle du notaire dans le Pacs ?

Bien que la démarche puisse être effectuée sans notaire, l’intervention de ce dernier peut être utile pour rédiger une convention personnalisée, en particulier lorsque les partenaires souhaitent déroger au régime légal de séparation des biens ou ont des besoins spécifiques.

Dans ce cas, le notaire rédige et enregistre votre convention.

Quels sont les droits et obligations des partenaires ?

Le pacte civil de solidarité crée un équilibre de droits et d’obligations pour les partenaires. C’est une composante clé pour ceux qui envisagent cette forme d’union civile.

Sur le plan fiscal, le Pacs offre l’avantage d’une déclaration commune et d’une imposition commune.

Concernant le patrimoine, les partenaires peuvent opter pour un régime de séparation ou d’indivision des biens, conférant flexibilité et sécurité dans la gestion de leurs actifs et de leurs dettes.

Cependant, contrairement au mariage, le Pacs comporte certaines limitations, notamment en matière de succession et de droits parentaux, un point à considérer attentivement.

En conclusion

Le Pacs représente une forme d’union civile moderne, adaptée aux besoins de couples cherchant une alternative au mariage. Avec des formalités simplifiées et une flexibilité dans l’organisation de la vie commune, le Pacs est une option attractive pour de nombreux couples.

Il est essentiel de bien comprendre les implications légales et les engagements que cela implique pour faire un choix éclairé. Consultez notre annuaire d’avocats et obtenez l’aide nécessaire pour vos démarches.

Poursuivre la lecture

28 Fév 2024
Le congé parental d’éducation à temps plein : un engagement familial soutenu par la loi

Dans le cadre de sa politique familiale, la France offre aux parents la possibilité de…

27 Fév 2024
Le congé maternité : aspects légaux et procédures

Le congé maternité est un droit essentiel accordé aux femmes salariées en prévision de…