Site logo

Les risques psychosociaux : les RPS

L’omniprésence des risques psychosociaux (RPS) dans les milieux professionnels, est indéniable aujourd’hui. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Les RPS sont la combinaison de divers éléments qui influencent les comportements des employés, qui vont avoir des répercussions sur leurs santés et sur le bon fonctionnement de l’entreprise. Dans cet article, nous aborderons les types de comportements engendrés par ces facteurs de risques ainsi que les conséquences qu’ils ont sur la vie des salariés et sur l’entreprise. 


Les facteurs du RPS

Les RPS, multifactoriels, sont liés à l’organisation du travail et aux conditions dans lesquelles le travail s’exerce. Ils ont un impact négatif sur la santé physique et mentale des employés. Parmi ces facteurs, citons l’intensité et la complexité du travail, le temps du travail, l’exigence émotionnelle, l’autonomie au travail, les rapports sociaux dégradés, les conflits de valeurs et l’insécurité de l’emploi.

Intensité, complexité et temps de travail

Quelques exemples de l’intensité, la complexité et le temps du travail sont : – l’inadéquation entre les objectifs et les moyens mise à disposition, – le rythme de travail élevé et les délais trop serrés, de longues journées, – les incessantes interruptions perturbatrices pendant le travail qui diminue la concentration et la vigilance.

Exigence émotionnelle

Certains emplois exigent des compétences émotionnelles particulières, tels que la gestion des émotions, l’empathie et la maîtrise de soi. Par exemple les métiers hospitaliers, les services à la personne, l’accueil… Lorsque les demandes émotionnelles du travail sont élevées, cela peut entraîner une tension psychologique accrue.

Autonomie au travail

Le manque d’autonomie et de contrôle sur son travail peut être source de frustration et de stress. Lorsque les employés ont peu de latitude pour prendre des décisions ou influencer leur environnement de travail, cela peut affecter leur motivation et leur sentiment de compétence. Encourager une plus grande participation des employés dans la prise de décisions et favoriser un environnement de travail participatif peut contribuer à réduire les risques psychosociaux.

Rapports sociaux dégradés

Les rapports sociaux dégradés peuvent être considérées comme des relations interpersonnelles tendues, conflictuelles ou marquées par atmosphère hostile et délétère. Il est important de promouvoir une culture de respect et de communication constructive, en encourageant la résolution de conflits et en offrant un soutien psychosocial aux employés.

Conflits de valeurs

Les conflits de valeurs surviennent lorsque les valeurs personnelles d’un individu entrent en conflit avec les valeurs ou les pratiques de l’organisation. Cela peut générer un sentiment d’inconfort moral et de désengagement. Les employeurs doivent être attentifs à l’adéquation entre les valeurs individuelles et celles de l’entreprise, en favorisant un environnement respectueux et en encourageant le dialogue sur les questions éthiques.

Insécurité de l’emploi

L’insécurité de l’emploi, les changements organisationnels fréquents ou l’absence de perspectives de carrière peuvent engendrer une anxiété constante chez les employés. Trouver la stabilité dans un environnement instable n’est pas chose aisée mais l’employeur avec la participation du CSE/CSSCT, médecine du travail, le préventeur peuvent trouver des solutions adaptées à l’entreprise. Les employeurs doivent favoriser la transparence et la communication sur les perspectives de carrière et les évolutions organisationnelles par exemple.

Les comportements générés par les facteurs de risques psychosociaux (RPS)

Les facteurs de RPS génèrent divers comportements préjudiciables à la fois pour les employés et pour l’entreprise. Il s’agit de : Etat de stress : lorsque les contraintes liées au travail dépassent les ressources dont dispose un employé pour y faire face, cela peut entraîner un niveau élevé de stress. Le stress chronique peut avoir des conséquences néfastes comme le risque cardio vasculaire, hypertension, AVC. Violences internes : l’émergence des violences internes au sein de l’entreprise peut se manifester par du harcèlement moral, du harcèlement sexuel, ou encore des conflits exacerbés entre les employés. Violences externes : sont des situations où les employés sont confrontés à des insultes, des menaces, des agressions physiques ou des incivilités de la part de tiers (clients, usagers, etc.). Ces comportements nuisent à la qualité de vie au travail et ont des répercussions néfastes sur la santé physique et mentale des victimes.

Les conséquences des risques psychosociaux (RPS) pour les personnes

Les risques psychosociaux (RPS) peuvent avoir de graves conséquences sur la santé des personnes qui y sont exposées. Les effets néfastes des RPS peuvent se manifester de différentes manières, ayant un impact significatif sur la vie personnelle et professionnelle des individus. Voici quelques-unes des conséquences les plus courantes des RPS :

Epuisement professionnel (burnout)

Le stress prolongé et l’exposition chronique aux facteurs de RPS peuvent entraîner un épuisement professionnel, communément appelé burnout. Les personnes touchées par le burnout se sentent émotionnellement épuisées, désengagées de leur travail et peuvent ressentir un sentiment d’inefficacité et d’inutilité.

Maladies cardiovasculaires

Les RPS peuvent également augmenter le risque de développer des maladies cardiovasculaires. Le stress chronique provoqué par les RPS peut entraîner une augmentation de la pression artérielle, des problèmes de rythme cardiaque et d’autres facteurs de risque cardiovasculaires.

Troubles musculosquelettiques (TMS)

Les TMS, tels que les douleurs lombaires, les tendinites et les troubles articulaires, peuvent être aggravés par les facteurs de RPS. Le stress et la tension émotionnelle peuvent contribuer au développement ou à l’aggravation de ces problèmes physiques, en particulier lorsque les conditions de travail sont physiquement exigeantes.

Dépression

Le risque de développer une dépression est élevé lorsqu’on fait face à divers facteurs de RPS. Les personnes exposées à un environnement de travail stressant, caractérisé par des contraintes excessives et des relations sociales dégradées, peuvent éprouver des sentiments de tristesse, de colère, de désespoir et de perte d’intérêt et de sens pour les activités quotidiennes.

Anxiété

L’anxiété est une autre conséquence fréquente des facteurs de RPS. Les personnes exposées à des situations de travail stressantes et à des pressions constantes peuvent développer des symptômes d’anxiété tels que des attaques de panique, des inquiétudes excessives et une incapacité à se détendre.

Suicide

Bien que rare, le suicide peut être l’issue tragique ultime des RPS non traités. Les personnes souffrant de RPS sévères et qui ne bénéficient pas de soutien adéquat peuvent ressentir un désespoir profond et une détresse émotionnelle, pouvant les conduire à des idées suicidaires et au suicide. Nous avons eu un exemple retentissant avec le cas de France Télécom.

Les conséquences des risques psychosociaux (RPS) sur les entreprises


Les RPS ont un impact significatif sur les entreprises. Lorsqu’ils ne sont pas pris en compte et gérés efficacement, ils peuvent engendrer des conséquences préjudiciables pour l’entreprise telles :

L’absentéisme

Les RPS peuvent entraîner une augmentation de l’absentéisme au sein de l’entreprise. Les salariés souffrant de stress chronique, de burnout ou d’autres problèmes liés aux RPS peuvent être plus enclins à prendre des congés de maladie pour faire face à leurs difficultés ou pour récupérer de l’épuisement émotionnel.

Le turnover

Le turnover s’apparente à une rotation élevée du personnel. Les employés qui se sentent insatisfaits, démotivés ou maltraités sur leur lieu de travail peuvent être plus enclins à quitter l’entreprise à la recherche d’un environnement de travail plus sain et plus favorable.

La dégradation de la productivité

Les RPS ont un impact direct sur la productivité des employés. Lorsqu’ils sont confrontés à des contraintes excessives, des conflits ou une faible autonomie, les salariés peuvent avoir du mal à se concentrer, à accomplir leurs tâches efficacement et à maintenir leur niveau de performance habituel. Cela peut entraîner une baisse de la productivité globale de l’entreprise.

Démotivation des équipes

Les RPS peuvent affecter la motivation et l’engagement des employés. Lorsqu’ils se sentent stressés, harcelés ou confrontés à des relations de travail dégradées, les salariés peuvent perdre leur motivation et leur passion pour leur travail. Cela peut entraîner une diminution de l’implication des employés, un manque d’initiative et une baisse de la qualité du travail.

Besoin d'un avocat ?

Poursuivre la lecture

08 Avr 2024
La rupture du contrat de travail pendant la période d’essai : ce que vous devez savoir

La période d’essai représente un moment crucial pour les employeurs et les…

04 Avr 2024
Contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape) : guide complet pour futurs entrepreneurs

Le chemin de l’entrepreneuriat est semé d’incertitudes et de défis. Pour les…

01 Avr 2024
Candidat à une offre d’emploi : zoom sur les méthodes de recrutement autorisées en France

Dans un marché du travail de plus en plus compétitif, le processus de recrutement…