Site logo

L’ARCOM : guide complet sur la régulation de l’audiovisuel et du numérique en France

Dans le monde médiatique et numérique contemporain, la régulation des contenus et des pratiques en ligne est devenue une préoccupation majeure pour les gouvernements et les organisations à travers le monde.

En France, cette régulation a franchi un nouveau palier avec la création de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (ARCOM). Issue de la fusion entre la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (HADOPI) et le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), l’ARCOM se positionne comme une entité pivot dans le contrôle et la supervision de l’espace numérique et audiovisuel français.

Cet article vise à explorer en profondeur le rôle, les missions, et les impacts de l’ARCOM sur le secteur des médias et du numérique en France, en mettant en lumière ses objectifs, ses compétences, ainsi que les défis auxquels elle est confrontée dans l’exercice de ses fonctions.

Qu’est-ce que l’ARCOM ?

Dans un monde qui connaît des transformations technologiques et numériques majeures, la nécessité de s’adapter et de réguler ces évolutions est devenue impérative.

C’est dans ce contexte qu’est née l’ARCOM (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique), le 1er janvier 2022. Fruit de la fusion entre le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), établi en 1989, et la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur l’internet (HADOPI), créée en 2009, l’ARCOM se présente comme un régulateur moderne aux compétences renforcées et élargies.

L’ARCOM est une autorité publique indépendante.

Cette création répond à un double objectif, d’une part, favoriser le rayonnement, la diversité, et la créativité de l’audiovisuel et du cinéma français, et d’autre part, protéger les citoyens contre certains excès du numérique.

L’ARCOM se positionne comme le garant des libertés de communication et d’expression au sein des espaces audiovisuel et numérique. Elle joue un rôle crucial dans la veille aux responsabilités démocratiques et sociétales des médias audiovisuels et des plateformes en ligne, assurant ainsi le pluralisme des médias audiovisuels d’information et l’indépendance de l’audiovisuel public. L’autorité veille également à maintenir les équilibres économiques du secteur et à soutenir activement la création culturelle.

La régulation mise en place par l’ARCOM repose sur un équilibre délicat entre les différents secteurs, en cherchant à garantir une pluralité des offres dans l’intérêt public. Cette démarche est encadrée par la loi du 25 octobre 2021 relative à la régulation et à la protection de l’accès aux œuvres culturelles à l’ère numérique, qui marque un tournant dans la manière dont la France envisage la régulation de son espace audiovisuel et numérique. En s’adaptant aux enjeux contemporains, l’ARCOM se dote des outils nécessaires pour réguler et surveiller le monde médiatique actuel, complexe et en constante évolution, en visant à créer un environnement plus sûr, plus juste et plus créatif pour tous.

Quelle est la composition de l’ARCOM ?

L’ARCOM fonctionne grâce à son Collège, composé de neuf membres désignés pour des mandats de six ans non renouvelables.

Ces membres sont nommés par cinq autorités de nomination différentes, une approche qui reflète la volonté d’assurer une indépendance et une représentativité diversifiée au sein de l’autorité. Le président de l’ARCOM est nommé par le président de la République, tandis que les huit autres membres sont désignés respectivement par le président de l’Assemblée nationale, le président du Sénat, le vice-Président du Conseil d’État, et la Première présidente de la Cour de cassation. Cette méthode de nomination est l’une des garanties principales de l’indépendance de l’instance, permettant d’encadrer son action dans un cadre impartial et équilibré.

Au-delà de son Collège, l’ARCOM s’articule autour de plusieurs directions et de seize antennes régionales, réparties à travers la métropole et les Outre-mer. Cette organisation est conçue pour répondre efficacement à l’ensemble des missions du régulateur, intégrant des profils variés de spécialistes pour aborder les grands enjeux du secteur de l’audiovisuel et du numérique. Les directions, placées sous la responsabilité du directeur général et de ses adjoints, couvrent des domaines clés tels que la création, la protection des publics, l’éducation aux médias, ou encore la supervision des plateformes en ligne.

L’ARCOM organise son action autour de groupes de travail thématiques, chacun présidé ou co-présidé par un membre du Collège. Ces groupes de travail sont au cœur de la préparation des délibérations de l’ARCOM, permettant une approche ciblée et experte des différentes problématiques rencontrées dans le secteur. Les groupes couvrent un large éventail de sujets, allant de la protection des publics et la diversité de la société française, à l’éducation aux médias, en passant par la création et la production audiovisuelles, et la régulation des plateformes en ligne. Cette structuration en groupes de travail assure une gestion cohérente et transversale des missions de l’ARCOM, favorisant une régulation adaptée et réactive face aux défis audiovisuel et numérique.

Quelles sont les différentes missions de l’ARCOM ?

Promouvoir et protéger la création : l’ARCOM s’attache à protéger les œuvres audiovisuelles et cinématographiques, luttant contre le piratage tout en encourageant le développement d’offres légales. Elle veille au respect des obligations de diffusion et d’exposition des œuvres françaises et européennes, soutenant ainsi la diversité culturelle et la création francophone.

Régulation technique et économique : l’ARCOM régule l’usage des fréquences radioélectriques pour la télévision et la radio, assurant le pluralisme, l’équilibre économique du secteur et la qualité de réception pour le public. Elle supervise également les plateformes en ligne, veillant à la mise en œuvre des obligations légales contre la désinformation et les contenus haineux.

Protection du public : les programmes audiovisuels sont régulés pour garantir la protection des mineurs et le respect de la réglementation en matière de publicité, de traitement de l’information et de représentation de la diversité. L’ARCOM s’engage également dans la lutte contre le piratage des retransmissions sportives et le respect du droit d’auteur sur Internet.

Cohésion sociale et pluralisme : l’ARCOM œuvre pour le pluralisme des courants de pensée et d’opinion, la représentation de la diversité de la société française, la défense des droits des femmes et la promotion de la langue française. Elle s’attache à rendre les médias accessibles aux personnes handicapées et à promouvoir la santé publique et le développement durable.

Supervision des plateformes en ligne : une part importante des missions de l’ARCOM concerne la régulation systémique des plateformes en ligne, incluant les réseaux sociaux, les moteurs de recherche et les services de partage de vidéos. Elle s’assure de leur conformité avec les obligations de lutte contre la manipulation de l’information et la haine en ligne, contribuant à un internet plus sûr et plus respectueux.

En résumé, l’ARCOM incarne un régulateur dynamique et multidimensionnel, essentiel à la promotion d’un secteur audiovisuel et numérique responsable, diversifié et accessible. Par ses actions, l’ARCOM garantit non seulement la liberté d’expression et de communication mais aussi le respect des droits de propriété intellectuelle, le pluralisme, la protection du public et la cohésion sociale, assurant ainsi la vitalité et l’équité du paysage médiatique français.

Conclusion

L’ARCOM se positionne comme un acteur majeur de la régulation audiovisuelle et numérique en France, s’adaptant aux mutations technologiques et aux défis émergents tels que les deepfakes, qui posent de nouvelles questions en termes d’éthique et de véracité de l’information. Sa création marque un engagement fort vers une gestion plus intégrée et efficace du paysage médiatique, visant à protéger les œuvres, les publics, et à promouvoir un environnement numérique sain et diversifié.

L’ARCOM invite également à une participation active des citoyens, leur permettant de jouer un rôle crucial en signalant les contenus inappropriés ou illégaux. Cette interaction contribue à renforcer la régulation et à assurer que l’écosystème numérique reste un espace sûr et respectueux.

En définitive, l’ARCOM symbolise la volonté de la France de naviguer avec prudence dans l’ère numérique, en équilibrant innovation et protection.

Pour tous vos besoins juridiques, consultez votre annuaire d’avocats.

Besoin d'un avocat ?

Poursuivre la lecture

19 Mar 2024
Le référé provision : un levier rapide pour résoudre un litige avec l’administration

Dans le droit administratif français, les litiges concernant le paiement d’une…

18 Mar 2024
Tout savoir sur le recours gracieux, hiérarchique et obligatoire : guide complet

En droit administratif, les recours gracieux ou hiérarchiques constituent des…

14 Mar 2024
Litige avec l’administration : comprendre et utiliser le référé instruction (ou référé expertise)

Dans le cadre de différends avec les administrations publiques, les citoyens et…